les compagnies bretonnes de Bonchamps

                                           

                                                                    

Charles-Artus de Bonchamps 1824 Giclee Print by Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson

 Les Compagnies Bretonnes et Angevines de Bonchamps

Lors du soulèvement de mars 1793, dans les diverses paroisses de l'Ouest de la France, celles situées au-dessus de la Loire vont très vite être neutralisées.

Au sud de la Loire le mouvement prospère. Les paysans de la région de Saint Florent le Vieil se mettent sous les ordres de Melchior Arthus de Bonchamps. Très vite les insurgés du nord de la Loire qui désirent continuer le mouvement traversent la Loire et se mettent au service de Bonchamps. Celui-ci les regroupe dans une unité qu'il va tenter d'organiser. Le soldat vendéen a l'habitude après une opération de rentrer chez lui pour s'occuper de son champ et de sa famille. Il appelle celà "changer de chemise". De ce fait les chefs insurgés peuvent avoir une armée de 20.000 hommes en arme le jour donné et le lendemain qu'une force ramenée à 4 ou 5000 hommes;

Les hommes ayant franchis la Loire ne peuvent rentrer chez eux et dès lors vont former la seule force permanente des insurgés. Bonchamps va en confier le commandement lorsqu'il ne pourra l'assumer lui-même aux frères Fleuriot qui sont de Oudhon . Ils sont basés à l'est de Cholet où ils campent. Selon certains témoins un rudiment d'enseignement militaire leurs est donné. Pour d'autres, ils ne font que stationner.

Bonchamps sans imposer un uniforme prend sur sa fortune personnelle pour leurs fournir un habillement. Les canoniers recevront une veste rouge. Les soldats une veste grise/bleue et certains officiers une veste verte. C'est en fonction des moyens et de la durée de passage du soldat dans les rangs de ces compagnies. La veste rouge des canoniers a pour but de bien les distinguer dans les combats et de leurs porter secours s'ils étaient en danger. Car cette armée souffre d'un manque crucial de personnes sachant manier correctement les canons. 

Les compagnies semblent avoir été divisées en 12 "compagnies", six Bretonnes, six Angevines. Composées de réfractaires à la conscription, de paysans mais aussi d'anciens faussonniers et de gabelous, elles semblent avoir vu passer dans ses rangs environs 10.000 à 12.000 hommes. C'est ce qu'affirme le Maréchal de Bourmont dans une lettre de 1816. Elles sont envoyées sur l'ensemble des attaques cruciales des armées vendéennes. Elles subissent dès lors de sérieuses pertes. Un jeune homme de 18 ans soldat dans ces compagnies fait prisonnier après l'affaire de Doué du 5 août 1793, affirme que "cette armée qui a été au moins de  10.000 hommes est réduite actuellement à peu près au tiers, le surplus ayant été tué dans les différents combats qu'ils ont éprouvé..."

Une compagnie semblait se composer théoriquement de 1000 hommes, chiffre qui sera rarement atteint. Une base de 600 à 800 soldats  semble plus juste.

Chaque compagnie avait à sa tête un capitaine dont trois nous sont connus Terrien Coeur de Lion qui à l'époque avait comme surnom "l'abbé" et Guillaume Plouzin surnommé le Lion, compagnies bretonnes. Un Monsieur Binet commandait un bataillon du bas Anjou. Gourlet commandera une "légion" soit environs 200 à 300 hommes. De futurs chefs chouans passeront par "cette école". Mercier dit La Vendée, Menard dit Sans-Peur, Les frères Le Maignan, le chevalier de Meaulne, les Dieusie, les Turpin de Crissé etc...

Le chef des compagnies bretonnes   a été à partir de juin 1793 jusqu'à la bataille du Mans d'Autichamp

Le chef des compagnies angevines a été à partir de juin 1793 jusqu'au troisième passage à Laval, c'est à dire après la bataille du Mans le vicomte de Scépeaux.

Le commandant en chef directement placé sous Bonchamps fut le Chevalier de Fleuriot de la Freulais qui devint généralissime des armées catholiques et royales à Blain lors des derniers jours de la Virée de galerne. Stofflet et La Rochejacquelein s'appuieront sur ces compagnies lors du passage de la Loire. Les compagnies de Terrien et de Plouzin eurent mission le 17 octobre de prendre Varades et Ancenis pour faciliter le passage éventuel en Bretagne. ils était sous les ordres de d'Autichamp. Bonchamp depuis le mois de Juin expliquait vainement qu'il fallait envoyer les compagnies bretonnes, 4000 hommes disait il en Bretagne pour insurger le pays. Il ne sera jamais suivi. La prise de ces deux villes sur la Loire en octobre 1793 était pour Bonchamps un moyen de faire passer une partie ou toute l'armée de l'autre côté de la Loire soit pour menancer Nantes, Angers ou soulever la Bretagne. Il n'a jamais été question de faire passer le fleuve à tout un peuple qui encombrerait les opérations militaires. La blessure mortelle de Bonchamps a fait dériver son plan. Il semblerait que certains chefs subalternes aient donné l'ordre de rassembler les habitants des paroisses situées sur le bord sud de la Loire après la défaite de Cholet pour les"inciter" à passer le fleuve. Bonchamps et  Lescure  étant blessés mortellement ne purent s'opposer à cette faute stratégique. De l'autre côté du fleuve, La Rochejacquelein est élu généralissime, il a 20 ans, est un magnifique sabreur, mais n'a pas le caractère et aussi la possibilité de diriger ce peuple en mouvement. Il est certain que ce fut sous l'influence de Talmont que la décision fut prise de remonter vers le nord. 

L'armée fut renforcée de 5000 hommes des bandes de Jean Cottereau dit Jean Chouan. Cet apport fut heureux mais très insuffisant pour compenser les pertes dûes aux combats mais surtout à la maladie. Les compagnies bretonnes et angevines vont dès lors servirent de soc pour ouvrir la route vers Grandville. Elles participeront aussi au siège. Suite à cet échec, elles vont rester les seules troupes encore disciplinées et obéissantes au Généralissime. La Rochejacquelein ayant dessin de porter son peuple de misère en Normandie appelera les derniers fidèles et donnera l'ordre de prendre la ville de Ville-Dieu-les poêlles en Normandie. C'est une compagnie de 1000 hommes commandée par l"abbé Terrien" qui se chargera de cette besogne. Le généralissime ayant appris le départ sans chef de son peuple rebroussera chemin à marche forcée avec cette compagnie pour ouvrir la voie au retour.   

La compagnie de Terrien accompagnera les réfugiés jusqu'à Savenay. Pour s'en convaincre, il suffit de lire la liste de ceux qui seront pris et fusillés en janvier 1794. (liste des soldats et chouans) La compagnie de Plouzin semble s'être disloquée et être rentrée chez elle, après la blessure de son chef à Laval.

Ce qu'il y a d'admirable dans la guerre de ces soldats bretons et angevins c'est qu'ils passèrent durant la Virée de Galerne au moins trois fois par les terres de Bretagne. La première fois le 18 octobre lors du franchissement de la Loire, ils sont à  Varades, Ancenis, Candé, Segré . Ils sont chez eux et pourtant ils poursuivent la route vers Grandville. Au retour, lors du siège d'Angers les 3 et 4 décembre, ils sont encore chez eux et pourtant ils partent pour La Flêche puis Le Mans. Durant cette bataille qui se terminera par une ignoble boucherie, les restes de ce peuples de hâvres réussiront à s'échapper grâce au sacrifice de 800 soldats des compagnies Bretonnes et Angevines sous les ordres de Scépeaux. Il est imaginable de considerer que ces hommes furent surement des angevins en priorité. De retour à Laval, ils firent mouvement vers Craon, puis Pouancé. C'est là que nous dit Terrien Coeur de Lion que "les bretons et les angevins qui se trouvaient dans leurs pays quittèrent leur pauvre armée exténuée de fatigue, accablée de maladie et dépourvue de toute  ressources." 

Les bretons des paroisses du pays d'Ancenis poursuivirent leur marche vers leur pays où l'armée en lambeaux repassa les 17 et 18 décembre. Pourtant certains soldats bretons poursuiveront la route jusqu'à Savenay et viendront mourir avec ce peuple vaincu. Une gloire particulière nimbent ces hommes qui au lieu de fuir et se cacher  dans leurs villages vont aller au bout de ce calvaire. (Dans la rubrique liste des soldats et des chouans nous donnons les noms de ces bretons fidèles d'entres les fidèles).

Napoléon avait sa vieille garde, la Vendée avait les Compagnies de Bonchamps.

GLOIRE A EUX

Les compagnies bretonnes et angevines avaient pour guidon (drapeau) celui de Bonchamps.

                                                                 

                               DRAPEAU DE L'ARMEE de BONCHAMPS

Commentaires (6)

1. CoassePhish (site web) 18/10/2012

payday loans online - <a href=http://usapaydayloansonlinetoday.com/#4913>payday loans online</a> , http://usapaydayloansonlinetoday.com/#5881 payday loans online

2. Glolveorece (site web) 08/09/2012

order propecia - <a href=http://propeciacheapgeneric.com/#15636 >propecia 5 mg</a> , http://propeciacheapgeneric.com/#5226 propecia 1 mg

3. Gucci Belts (site web) 30/08/2012

We have Coach Outlet Online a plan for a stronger middle class, with the goal of generating 12 million new jobs over the next four years, Mr. Ryan, who has become the party’s leader on economic Coach Outlet Online policy, will say, according to excerpts provided by the campaign. In the excerpts, Mr. Ryan takes some strong shots at President Obama, noting that a new Coach Outlet Republican administration

4. telanxs (site web) 21/04/2012

Swapping surface of the Paris, france, the uk , athletics specified bar dog trainers, shoes and boots inside different area state-of-the-art relating to typical running shoe style and design, with a tennis, mixing up numerous uppr style, elegant stuffing a person, the thing is, many of the zip motivate could amazing vibram five fingers uk this globe Five fingers some other vamp a critical athletic shoe feet vibram fingers are generally interchanged by just To the north numerous uppers, which is just like a vibram five fingers pair of boots together with footwear is qualified to flip 2-3 frames of trainers, extremely hold, professional apart from less expensive!!!ashiahihiahiha

 

5. Coach Outlet Online (site web) 23/02/2012

Probably you Coach Outlet Online where you can buy coach purses in your town or Coach Outlet your modest city.

6. Scarpe Gucci 04/01/2012

Problemi coniugali e finanziarie possono essere Scarpe Gucci presa causa di una strage il giorno di Natale da un padre vestito da Babbo Natale, la polizia a Grapevine, Texas, ha dichiarato oggi come Gucci borse presa di sette morti erano identified.Gucci borse presa Worth Star-Telegram Fort dice Aziz "Bob" Yazdanpanah, 56, usato due pistole, una borse di Gucci per la vendita millimetri e una calibro 0,40, di uccidere sei membri della famiglia come si presenta aperto - la sua ex moglie e il loro 15-anno-vecchio figlio e 19 anni, figlia, insieme con la sorella-in-law, Gucci Donne per il buon marito e le loro 22-year-old figlia. Yazdanpanah poi si è ucciso.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site